Prix Marcel Wormser

Astres crée le Prix Marcel Wormser afin de soutenir les travaux menés sur la traçabilité des biens culturels. Il récompense annuellement deux projets en lien avec la recherche de provenance, qu’il s’agisse d’un travail de recherche de provenance ou d’une réflexion thématique sur le sujet. Les deux prix remis consistent en :

  • Un Grand Prix, dotée d’une somme de 3 000€ et dont la candidature est réservée aux jeunes de moins de 35 ans.
  • Un Prix Spécial, remis à titre honorifique et ouvert à tous les candidats sans condition d’âge ou occupation.

La création du Prix Marcel Wormser vise également à attirer l’attention du grand public et des milieux professionnels concernés (musées, archives, marchands d’art, etc.) sur l’importance de la recherche de provenance. En effet, il est essentiel de garantir la transparence et la véracité du parcours des œuvres et objets d’art pour légitimer leurs acquisitions.

La création du prix a été annoncée le 26 novembre 2022 au Sénat lors du « Colloque d’hommage à Marcel Wormser », organisé par la famille Wormser, la Banque Wormser Frères et la Société des Amis de Georges Clémenceau.

Marcel Wormser, fondateur de l’association, avait eu l’idée de créer ce prix dès les débuts d’Astres en 2019. Son décès en août 2021 a plongé sa famille dans le deuil et laissé Astres orpheline de son soutien intellectuel et de son parrainage. C’est pour honorer son engagement et sa mémoire que ce prix porte son nom.

Lire le communiqué de presse relatif à la création du Prix Marcel Wormser.

La recherche de provenance, une discipline


La recherche de provenance vise à reconstituer l’histoire et la trajectoire des biens culturels depuis leur création jusqu’à leur localisation actuelle. Elle est indispensable tant dans la lutte contre le trafic illicite des biens culturels, que pour améliorer la sécurité des transactions sur le marché de l’art. 

La question de la provenance d’un bien culturel se pose très régulièrement dans différents domaines du droit de l’art. Elle concerne notamment les œuvres d’art spoliées, disparues, volées, issues de fouilles illicites, colonisées, exportées illicitement. Elle est également un préalable important à toute réflexion sur les restitutions et d’une manière plus large, sur la relocalisation des biens culturels (Affaire Gentilli di Giuseppe, 1999 ; Affaire Gimpel, 2021 ; arrêt du 30 septembre 2020, la cour d’appel reconnait officiellement la pertinence d’un rapport de provenance).

La recherche de provenance constitue ainsi un moyen d’effectuer les diligences requises au moment de l’acquisition d’un bien culturel. Cette notion est présente dans la convention UNESCO de 1970 sur la lutte contre le trafic illicite et a été reprise dans la Convention UNIDROIT de 1995. Elle prend une grande importance sur le marché de l’art international.

Marcel Wormser, un défenseur des victimes du nazisme

Marcel Wormser (1929-2021) s’est intéressé aux spoliations et, indigné par la politique publique française y afférant, en a fait sa dernière grande cause. 

Il était un banquier engagé au service de la banque familiale et de la place. Marcel Wormser fût également un grand Clémenciste, dévoué à honorer et faire vivre la mémoire du Tigre. Il a été le président de la Société des Amis de Georges Clémenceau pendant des années. 
C’est au sein de cette Société que Marcel Wormser a rencontré Mercedes Estrada, petite fille de Georges Mandel. Cette dernière lui a demandé de l’aider dans la recherche et la restitution d’un tableau de Thomas Couture ayant appartenu à son grand-père. À travers l’histoire de la famille Mandel et de ce tableau, Marcel Wormser a compris l’importance de la recherche de provenance et des restitutions. 

Par la suite, Marcel Wormser a été actif lors de la réforme initiée par Audrey Azoulay, ministre de la Culture, et lors des réflexions préliminaires à la rédaction du rapport confié à David Zivie par la ministre Françoise Nyssen afin de mettre en œuvre une réforme destinée à corriger les dysfonctionnements. Il a constitué avec Bénédicte Savoy un groupe de réflexion informel sur la spoliation du patrimoine artistique des familles juives en France, qui s’est tenu au Collège de France. 

En 2019, Marcel Wormser créé l’association Astres avec Dominique Schnapper et demande à Me Corinne Hershkovitch d’en prendre la présidence. Force de proposition, il suggère rapidement aux membres de l’association de créer un prix pour récompenser les travaux d’un chercheur de provenance. Cette idée a été accueillie avec enthousiasme et à l’unanimité mais n’avait jusqu’à aujourd’hui pas été mise en place. 

Le décès de Marcel Wormser le 4 août 2021 a plongé sa famille dans le deuil et laissé Astres orpheline de son soutien intellectuel et de son parrainage. C’est en sa mémoire, que l’association annonce la création d’un prix soutenant la recherche de provenance : le Prix Marcel Wormser

Marcel Wormser. Crédit : Rémi Jouan
Édition 2023

Les lauréates ont été révélées lors d’une cérémonie qui s’est tenue le 5 décembre 2023 au Palais du Luxembourg.

Le Grand Prix a été remis à Coline Desportes, doctorante à l’EHESS, pour son travail intitulé “Acquérir des objets après l’indépendance : un échange entre le Sénégal et la France en 1966-67”.
Le travail de Coline Desportes a retenu toute l’attention du jury qui l’a considéré comme étant à la fois riche en contenu, bien problématisé et original par son approche. La recherche de provenance y est présentée comme permettant à la fois d’augmenter les connaissances scientifiques et de clarifier des parcours de biens culturels. Les membres du jury ont salué l’étude faite des contextes historique et diplomatique, qui démontrent la part du politique dans les débats ayant trait à la provenance des biens culturels.
L’article qu’elle a rédigé a été publié dans le journal Politique africaine et est disponible ici.

Le Prix Spécial a été attribué à Virginie Cardoso, étudiante à l’École du Louvre, pour la rédaction d’un travail sur “La structuration de la recherche de provenance en Allemagne. Le cas de la Kunsthalle de Hambourg”.
Le jury du Prix Marcel Wormser a tenu à récompenser le travail de Virginie Cardoso en soulignant la mise en valeur du rôle pédagogique des institutions muséales, en particulier lorsqu’elles conservent des biens à la provenance incertaine. Le travail a été retenu pour son sérieux, son approche novatrice, le lien établi entre la recherche de provenance et l’histoire des collections, ainsi que cette mise en évidence de l’engagement institutionnel et pédagogique de la Kunsthalle de Hambourg.
Vous pouvez télécharger le mémoire de Virginie Cardoso ici.

Lire le communiqué de presse.

Édition 2024

À venir.

****

Pour tout renseignement, veuillez-vous adresser à : prixmarcelwormser@astres.info

Retour en haut