Brève. L’identification des œuvres volées par les nazis dans les musées new-yorkais

Kathy Hochul, gouverneure de l’Etat de New York, a signé mercredi 10 août une série de lois visant à soutenir les survivants de la Shoah et sensibiliser aux atrocités commises pendant la Seconde Guerre mondiale. 

Partie à ce paquet législatif, une loi vient obliger les musées de New York à communiquer sur l’origine des œuvres d’art qu’ils exposent lorsqu’elles ont changé de propriétaires de manière douteuse sous le régime nazi. Les œuvres concernées sont celles qui ont : changé de mains en raison d’un vol, d’une saisie, d’une confiscation, d’une vente forcée ou d’autres moyens involontaires1. En pratique, les musées devront mettre en place une signalétique particulière pour permettre leur identification. 

Ce projet de loi faisait suite au constat selon lequel les musées newyorkais sont nombreux à exposer de telles œuvres sans mentionner leur provenance. Les différents musées intéressés n’auraient pour l’instant pas répondu aux sollicitations de commentaires sur cette nouvelle loi, ni communiqué de plan stratégique pour la mettre en œuvre. 

Deux autres projets de loi ont été signés par Kathy Hochul le 10 août dernier. Le premier exige des écoles qu’un enseignement sur la Shoah soit effectivement dispensé aux élèves. Cet enseignement est obligatoire depuis 1994 dans les écoles mais des enquêtes ont révélé d’une part la méconnaissance évidente des jeunes quant à la Shoah, et d’autre part une montée de l’antisémitisme à New York. Le dernier projet est à visée financière et concerne les banques qui renoncent aux frais de virement pour les paiements de réparation de la Shoah, afin d’alléger les difficultés financières des survivants. 

De façon très symbolique, la signature de ce paquet législatif s’est faite au Museum of Jewish Heritage de New York. 

1 “Changed hands due to theft, seizure, confiscation, forced sale, or other involuntary means in Europe during the nazi era”, Bill number S1174 .

Guggenheim Museum, David Brossard